coulisses-making-of-baskstage-happy-we-are-from-bordeaux-2

Après Paris, Bruxelles, Tokyo, Sydney et plus de 200 autres villes, Bordeaux vient d'entrer dans le mouvement « Happy » !

Le concept est simple : chaque ville est mise en valeur dans un clip où des individus (passants, touristes, personnalités publiques, ...) font quelques pas de danse en souriant au rythme de la chanson «Happy» de Pharrell Williams. Des initiatives locales rafraichissantes qui permettent de (re)découvrir une ville dans la bonne humeur.

A Bordeaux, le tournage de ce clip a été porté par Timothée Buisson, Marine Le Berre et Hervé Morin. Les trois réalisateurs ont réussi le pari de réunir un public hétéroclite heureux "d'être de Bordeaux" : footballeurs des Girondins, rugbymen de l'UBB, personnel du CHU, animateurs de NRJ, chef cuisinier, étudiants, inconnus croisés dans la rue, ... et même quelques membres de l'équipe des du Studio Absolute-Event ! Au total, ce sont plus de 70 participants à l'attitude positive qui se sont prêtés au jeu.

 

Le collectif de réalisateurs nous a raconté tout le travail effectué avant la diffusion de ce clip : 4 étapes clés avec autant d'enjeux.

L'étape 1 : réfléchir à la manière de décliner ce concept international tout en se l'appropriant localement. "Très vite, l’idée de filmer des gens Happy sur leur lieu de travail nous est venue" explique Hervé Morin. "Une manière de montrer que Bordeaux n'est pas qu'une ville touristique" précise-t-il.

L'étape 2 : fédérer des participants. Un travail dans l'urgence où chacun active son réseau afin de convaincre des personnalités emblématiques de la ville de rejoindre le projet. Il suffit souvent d'un élément déclencheur pour accélérer les choses et susciter l'enthousiasme. Le petit coup de pouce est venu des rugbymen béglais. "Grâce à l’UBB qui a réagi dans la foulée en acceptant, cela a été beaucoup plus simple de convaincre les autres et de les faire adhérer à ce projet" raconte Timothée Buisson.

L'étape 3 : organiser le tournage sur une durée très courte. Le collectif s'est réparti en 2 équipes afin de couvrir les différents lieux choisis pour le tournage. Malgré une sérieuse organisation, il faut aussi savoir faire preuve d'improvisation et solliciter des participants sur place. Mais la bonne humeur est souvent communicative car "les gens dans la rue ont participé gentiment" précise Marine Le Berre.

L'étape 4 : monter le clip pour retranscrire l'énergie des participants sur l'écran. Les réalisateurs sélectionnent les meilleures séquences, les assemblent, les calent sur la musique, ... D'ailleurs, après avoir travaillé avec la même chanson durant plusieurs jours, peuvent-ils encore la supporter ? La réponse est unanime : "On se surprend encore aujourd'hui à écouter la musique en boucle ou à regarder le clip officiel sur nos écrans !" confirme Marine Le Berre.

Vous voulez poursuivre cette expérience positive, vous pouvez retrouver :

- Toutes les photos du tournage sur le blog d'Eric Bouloumié, photographe bordelais

- Toutes les villes heureuses qui ont déjà joué le jeu, sur le site officiel

Crédits photos : Eric Bouloumié

Articles similaires

25
mai

L’Empowerment féminin

... Ou comment les sens de la femme peuvent changer la donne.

A l’heure où les clichés d’antan sur la légitimité des femmes à exercer un leadership persistent et où leur capacité à assumer des..

Read more
18
mai

MANU KATCHÉ - It's about Absolute Event !

De part son background, le Studio Absolute-Event a la chance de pouvoir collaborer avec de nombreux artistes, musiciens de renom. le célèbre batteur Manu Katché s'est prêté au jeu d'un mini..

Read more
12
mai

Les séminaires revus et corrigés

Le séisme économique lié au virus a généré de nouvelles problématiques et renforcé des dimensions à prendre en compte par les managers. Organiser et réussir son séminaire en lui donnant un..

Read more